AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Au gré des vagues et du temps

Aller en bas 
AuteurMessage
Yumena Owari
Stratégiste hors pair
Stratégiste hors pair
avatar


Feuille de personnage
Profession:
Âge:
Origine:

MessageSujet: Au gré des vagues et du temps   Mer 15 Nov - 9:18

L'air commence à se rafraîchir, et l'hiver se fait sentir en Orient comme en Éorzéa. Depuis sa demeure, Yumena regarde les allers et venues des habitants de son quartier. Malgré l'hiver proche, les rues de Shigorane grouillent de vie. Dans une bonne humeur générale, tous se connaissent et échangent des sourires, des discussions joviales, et il n'est pas rare que le quartier se réunisse chez l'un ou l'autre le temps d'un soir, où les rires se mêlent aux mets préparés avec soin par chaque invité.
Yumena aussi habite dans ce quartier, mais sa maison est calme, les lumières éteintes, comme si cette dernière était sous le sort d'une invisibilité aux yeux de tous. Seul Anja et elle ont déjà passé le pas de la porte.
La maison est confortable pour deux personnes, mais l'intérieur est plutôt humble. Au rez-de-chaussée se trouve un hall doté d'un petit salon d'accueil, une cuisine et un bureau, où Anja travaille souvent jusque tard, le tout décoré à la mode de Hingashi, région Orientale où se situe leur demeure. Au sous-sol se trouve une salle à manger, ainsi qu'une salle de bains traditionnelle et une chambre, celle d'Anja. C'est d'ailleurs elle qui s'est occupée de la majorité de la décoration, à l'exception de l'étage, où Yumena passe le plus clair de son temps lorsqu'elle n'est pas dehors.
L'étage est composé d'une vaste pièce, où s'entassent une quantité incroyable de livres et de feuilles, si bien que le sol en bois en est presque entièrement recouvert. Certaines piles de livres montent quasiment jusqu'au plafond. Tous sont disposés de manière aléatoire et chaotique, sans ordre précis. Cet endroit est l'antre de Yumena, son refuge. Même Anja y vient rarement, malgré qu'elle soit chez elle. Le jour où les deux jeunes femmes ont acheté le terrain et bâti leur demeure, Yumena a demandé à Anja de lui laisser une pièce, qu'elle la laisse l'aménager, tandis qu'elle pouvait disposer du reste de la maison comme elle le voulait. Son souhait avait été réalisé et, dans sa grande bonté et par compassion envers son amie, Anja lui céda l'étage entier. C'était dès lors la seule pièce où Yumena était dans une aise relative. Toutes les fenêtres sont obstruées, et seul un hublot en hauteur persiste, où elle aime s'y installer pour regarder des heures durant le va et vient du quartier et de ses habitants.

Malgré sa demeure, Yumena passe le plus clair de son temps dehors, s'absentant parfois des semaines durant. Elle voyage sur le dos de son fidèle chocobo, appareillé d'une barde nuptiale. Elle ne sait pourquoi il était appareillé ainsi ni quand elle l'a eu, mais au fond d'elle, elle ressent un fort attachement à cette bête et à ce qu'elle peut représenter. Ces chocobos à deux places sont généralement utilisés pour des mariages, et malgré le fait qu'elle soit seule, elle est convaincue qu'elle s'est déjà assise sur ce dernier avec quelqu'un derrière elle. Elle le sent, et le lit dans les yeux de sa monture, son fidèle compagnon.

Ce matin, Yumena part de chez elle, avec son habituel regard dur et impénétrable. Anja sait ce que cela signifie, et on peut apercevoir un voile de tristesse sur son visage. Son amie part pour des jours, et reviendra peut-être bientôt.
Alors qu'elle se prépare, Yumena se tourne vers Anja.


- Je pars chasser, je dois m'occuper de ma guilde et faire un point sur mes membres.

- D'accord. Fais attention à toi cutie, et ne reviens pas dans trop longtemps.

- Je... Je vais essayer... Merci Anja.

Après ces quelques mots, elle se dirige vers la porte et la referme derrière elle. Anja sait qu'elle ne reverra plus l'ombre de son amie pendant de longues semaines.

L'air matinal est frais. Yumena se dirige vers l'étable, où son compagnon l'attend sagement. La bête baisse le cou, et Yumena le caresse tendrement. Elle mire ses yeux dans ceux de sa monture de longues minutes durant, où l'expression dure de son visage laisse place à des traits fins, calmes et paisibles. Les traits d'une ravissante Ao'ra.
Lors de ces moments, elle peut apercevoir une myriade d'images dans les yeux de son compagnon, des images qu'elle essaye de comprendre. Elle sent au fond d'elle que ces images ont un lien avec elle, mais elle ne sait lequel.
Alors qu'elle est perdue dans ses pensées, Yumena ressent une terrible douleur dans son oeil gauche, qui lui arrache un râle. À chaque fois qu'elle voit ces images, son oeil devient douloureux, comme s'il lui empêchait de résoudre cette énigme, comme s'il en était la clé.

C'est finalement son chocobo qui fait revenir Yumena à la réalité. La douleur cesse, et les images disparaissent. Ses yeux, chacun d'une couleur différente, sont son plus grand secret, et dont seul Anja connaît leur couleur. D'un geste gracieux et précis, elle sort un bandeau noir de sa tunique, bande ses yeux et le noue derrière ses cheveux tombant en cascade sur ses épaules. Ses traits reprennent leur dureté, puis elle monte ensuite sur son chocobo et part.

D'après les rapports de certains de ses chasseurs, un monstre de catégorie S, les plus dangereux, a été aperçu dans les steppes d'Azim. C'est une région voisine à Hingashi. Yumena atteint les steppes en quelques heures, où elle retrouve ses chasseurs. Elle passe en revue ses membres, et sort un livret où elle note l'activité de son groupe de chasse. Elle en est la chef, et en tant que telle elle se doit de congédier les membres inactifs, ainsi que promouvoir les actions des plus honorables.
Après de brèves notes, elle se place devant sa troupe et descend de son chocobo. Leur adversaire est une stèle géante infusée d'ether, lui donnant vie.
D'un geste calme et mesuré, Yumena dégaine son arc, qui se met à luire entre ses doigts, un motif fait d'énergie pure apparaissant le long de la corde, guidant ses flèches vers sa cible. Elle se retourne vers sa troupe, et donne le signal. Le combat commence, acharné, où tous ont un rôle précis à jouer. Le monstre déverse des flots d'éther ravageurs vers les chasseurs, faisant tomber les plus vulnérables à terre, tandis que les autres encaissent le coup et continuent la lutte.
Après de longues minutes, la cible est abbatue, et une vague de joie se fait entendre. D'une seule voix, les chasseurs se félicitent de la victoire, alors que Yumena se contente d'écouter. Les mages blanc et érudits soignent les blessés, et les paladins et guerriers essuient leurs armes.
Yumena range son arc et appelle sa monture. Elle ne sent pas à l'aise parmi ses troupes, elle ne s'y sent pas à sa place. Avant que l'euphorie ne retombe, elle en profite pour s'éclipser. Tandis que sa monture vole dans les airs, Yumena pense à ses chasseurs. Elle en est la chef, bien qu'elle ne s'en sente pas digne. Au fond d'elle, elle ressent cette sensation étrange qui l'etreint lorsqu'elle entrevoit des images qu'elle essaye de déchiffrer.
C'est en pensant à ces images qu'une vision apparaît dans son esprit.

Elle était un leader, elle menait ses groupes vers la victoire. Du haut de la bataille, elle dirigeait ses équipiers, elle leur donnait des ordres, des indications, et ils triomphaient. Partout où elle allait, elle avait sa compagne à ses côtés. C'est elle qui lui insufflait le courage nécessaire pour guider son équipe.

Dans ses visions, Yumena voit une miqo'te à la silhouette élégante et élancée, ses cheveux roses dansant au gré du vent. Ses yeux bleus clairs sont pénétrants, et son aura inspire la confiance. Ce n'est pas Yumena, et pourtant il lui semble que cette miqo'te et elle ne font qu'une seule et même personne.
Plus elle voit cette miqo'te, plus elle s'apparente à elle. Et dans toutes ses visions, la miqo'te qu'elle voit est accompagnée d'une autre miqo'te, lui ressemblant trait pour trait. Yumena le sent, là était le coeur de l'énigme que représentent ces visions.

Alors qu'elle parcours le fil de ses pensées, Yumena perçoit une sensation qui la ramène à la réalité. Son chocobo vient d'atterrir. Ils sont désormais dans un quartier résidentiel paisible, niché au milieux des arbres et entouré d'une vaste forêt. Lavandière.
Elle n'est jamais venue ici, et pourtant son chocobo connaît le chemin comme s'il l'avait foulé des milliers de fois. Elle se laisse guider par son compagnon à travers les rues pavées et les maisons en bois et en pierres. L'architecture y est très différente de celle de Shigorane, mais elle s'y sent à l'aise. Elle se sent chez elle, dans ce quartier au milieu de la nature.
Après quelques minutes, son chocobo s'arrête sur une petite montée, d'où l'on aperçoit quelques maisons, ainsi qu'un manoir juché sur une énorme souche. Yumena descend de sa monture, et s'assied par terre. Elle défait son bandeau et contemple ce manoir. Fait d'un bois sombre et orné de motifs rouges. Elle aperçoit sur le portail d'entrée une inscription: c'est une villa de marchand. Le jardin est superbement décoré, où trône une fontaine en son centre. Au fond du jardin, on peut apercevoir un petit étang situé sous un magnifique cerisier aux fleurs roses. Les habitants de cette demeure se sont créé un coin de paradis.
Alors qu'elle observe cette demeure, elle voit deux personnes en sortir. Deux miqo'te à la chevelure rousse dansant au vent, et vêtue pareillement. Ces deux miqo'te sont exactement les mêmes. On dirait deux jumelles.

Dès lors qu'elle les voit sortir et se diriger vers le tableau de vente non loin d'elle, Yumena peut observer les deux miqo'te d'un peu plus près. Elles ont des traits raffinés et des yeux verts pleins de confiance. Elles se sourient mutuellement.
C'est alors que la douleur revient, plus vive que jamais. Son oeil, mais aussi tout son corps, est pris d'une douleur intense, insupportable. Yumena se retient de hurler de douleur, les dents serrées et les larmes coulant le long de ses yeux.
Elle voit l'une des miqo'te se retourner vers elle. D'un geste vif elle remet son bandeau pour cacher ses yeux et ses larmes. Elle se relève en essayant de ne pas montrer sa douleur, et monte sur son chocobo.
Alors qu'elle passe à côté des deux miqo'te, elle sent son coeur se serrer dans sa poitrine. Il bat à tout rompre, et elle jurerait que les miqo'te puissent l'entendre tant il bat fort. Elle ferme les yeux pour se concentrer et éviter de crier de douleur. Même avec les yeux fermés, Yumena ressent la présence d'une des deux miqo'te. Elle peut presque la voir, la sentir tout près d'elle. Comme si un lien particulier les unissait.



Alors que le chocobo passe à côté de moi, je me retourne et fixe longuement le chocobo, puis l'ao'ra qui le monte. Je regarde la monture passer, alors que je sens mon pouls accélère et mon coeur battre de plus en plus fort dans ma poitrine. Je ne connaîs pas cette Ao'ra, mais je reconnaîs le chocobo. Je pourrais le reconnaître parmi mille. Je ressens aussi un lien envers cette inconnue, ce lien particulier que je connaîs si bien, mais je ne peux expliquer pourquoi. La présence de ce lien me trouble. Enfin je comprend, mais le chocobo et l'ao'ra qui le chevauche sont déjà loin.

Que diable t'es-t'il arrivé, puce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumena Owari
Stratégiste hors pair
Stratégiste hors pair
avatar


Feuille de personnage
Profession:
Âge:
Origine:

MessageSujet: Re: Au gré des vagues et du temps   Jeu 23 Nov - 1:04

L'odeur d'iode, le sable chaud et le bruit des vagues s'échouant tranquillement le long de la plage. Yumena ouvre lentement les yeux, la lumière l'éblouit et un mal de crâne l'empêche de se lever. Le soleil est déjà haut dans le ciel et ses yeux ne sont pas encore habitués à la clarté. Après un effort elle se redresse et regarde autour d'elle. Elle est à Brumée, quartier résidentiel de la Noscéa. Petit à petit le mal de tête passe, et ses yeux s'habituent à la luminosité. Elle se lève prudemment et entend un bruit derrière elle. Elle se retourne vivement, mais le mouvement brusque fait resurgir le mal de tête, et la fait trébucher par terre. Son chocobo la suit du regard, interloqué.

- Telwy, je t'ai déjà dit de ne pas te mettre derrière moi! Tu as toujours la fichue tendance à me faire peur.

Alors que la maîtresse se relève, le chocobo incline la tête, et cligne des yeux.

- Toi alors.. Tu es un petit vilain mais un sacré compagnon, tu sais.

D'un geste tendre, Yumena s'approche de son chobobo et lui frotte la tête. Après quelques minutes à caresser son compagnon, elle regarde autour d'elle avant de se retourner vers son compagnon.

- Dis-moi, Telwy, Combien de temps suis-je restée endormie ici?

D'un mouvement bref, le chocobo sautille plusieurs trois fois sur place pour faire comprendre à sa maîtresse depuis combien de temps il l'a amenée ici.

- Un... Trois... Cinq... Huit... Huit?! Impossible... Je suis restée ici huit jours entiers, évanouie sur cette plage. Et surtout, qu'a-t'il bien pu se passer à Lavandière pour que je sois restée inconsciente autant de temps...


Les souvenirs de Yumena sont désormais flous, comme ses visions auxquelles elle s'est habituée de force au fil des ans. Elle se souvient du manoir, des deux femmes en sortant, d'une sensation forte dans la poitrine, et ensuite le noir. Comme si ses souvenirs s'étaient effacés. Ou comme s'ils lui avaient été rendu inaccessibles. Ces pensées la troublent, plus encore que ses visions habituelles. Quelque chose ne va pas, et ce quelque chose est lié à cette demeure, et à cette mystérieuse miqo'te, elle en est certaine. Elle veut savoir ce que cache cette énigme qui embrume son esprit, mais elle doit rester calme. Le calme en toutes circonstances, c'est ce qu'elle s'impose pour trouver des solutions aux problèmes qui lui font face. D'un pas léger elle s'avance dans l'eau jusqu'à atteindre un large rocher épargné par les quelques vagues sillonnant la côte et s'y assied. Elle a déjà passé des jours entiers sur ce rocher, et pour une raison qui lui échappe, regarder la mer assise ici l'apaise. Elle recroqueville ses jambes et les entoure de ses bras, puis pose sa tête sur ses genoux. La mer est calme, mais l'heure n'est pas à la contemplation, elle doit se concentrer pour trouver une solution à cette énigme.
Les souvenirs sont faibles, et Yumena essaye de trouver un lien avec ses autres visions. Comme dans ces dernières, les deux femmes qu'elle a rencontré à Lavandière sont des miqo'te, mais les correspondances s'arrêtent là. Elle ferme les yeux et se concendre d'avantage. Elle examine chaque instant dont elle se souvient de la rencontre qui lui apparaît comme étant de la veille. Pourtant, huit jours se sont bel et bien écoulés. Elle ne doit pas laisser cette pensée troubler le reste, il faut qu'elle continue à chercher dans ses souvenirs, ce problème viendra plus tard.

Alors que Yumena plonge dans les souvenirs flous de Lavandière, elle remarque quelque chose de subtil, mais qui attire son attention. Le regard des deux miqo'te est exactement le même que celle qu'elle voit dans ses visions. Dans ces dernières elle voit une miqo'te au regard sûr et plein de confiance, regard qu'elle a retrouvé dans celui des deux jeunes femmes de Lavandière. Le même regard sûr, la même démarche gracieuse, le même sourire doux et réconfortant. Elle ne connaît pas les deux miqo'te qu'elle a rencontré il y a huit jours, et pourtant elles ressemblent à celle de ses visions. Elles leur ressemble trop pour que ce soit une simple coïncidence.
Yumena ouvre les yeux. Son esprit est encore troublé par les récents événements, mais son objectif se dessine petit à petit devant elle. Elle doit comprendre ses visions, mais pour cela elle doit en avoir plus souvent. Jusqu'à maintenant, ses visions apparaissaient de manière erratique et irrégulière, mais pour pouvoir les comprendre, elle doit en avoir plus. Ces visions qu'elle aurai aimé ne plus avoir se retrouvent maintenant au centre de son attention. Alors qu'hier elle voulait les disparaître de son esprit, elle doit aujourd'hui en avoir plus. Cette pensée lui traverse l'esprit, et elle murmure,


- Hmpf, quelle ironie...

Le soleil disparaît derrière l'horizon et le ciel se teinte de pourpre, la nuit tombera d'ici peu. Yumena se lève, et se décide à partir. Elle doit trouver un moyen pour provoquer ses visions, mais elle n'a aucune idée de comment faire. Si ses souvenirs sont fiables, ce dont elle-même se met à douter, elle a déjà lu quelque chose de similaire dans un livre, parmi ceux qui jonchent l'étage supérieur de sa maison. Elle saute de son rocher et se dirrige vers son chocobo.

- Désolé mon vieux, mais il va falloir faire une longue route, et si possible sans pause. On rentre à la maison.

Son compagnon secoue légèrement la tête, en signe de déplaisir.

- Kwé kwéé!

- Je sais, c'est un sacré vol que je te demande, long et épuisant. Fais-le pour moi, s'il te plaît...

Alors que Yumena mire son regard dans celui de son compagnon, ce dernier baisse la tête et la pose dans la main de sa maîtresse. Elle le caresse quelques minutes durant, avant de monter sur son dos. Dans le calme d'un Brumée s'endormant sous les dernières lueurs du crépuscule, les deux compagnons s'envolent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumena Owari
Stratégiste hors pair
Stratégiste hors pair
avatar


Feuille de personnage
Profession:
Âge:
Origine:

MessageSujet: Re: Au gré des vagues et du temps   Lun 15 Jan - 13:10

/!\  À tous les lecteurs de cette aventure  /!\





Après deux mois et plusieurs essais ratés de suite, j'ai décidé de changer le format de l'aventure de Yumena Owari, mon personnage pour deux raisons.

La première raison est le temps d'écriture. Il m'est difficile d'écrire quelque chose qui me satisfasse à la troisième personne du singulier, avec un temps du présent. C'est une écriture dont je n'ai pas l'habitude, et qui me contraint dans ma rédaction.

La deuxième raison est la raison majeure de ce changement. J'ai passé beaucoup de temps à travailler l'histoire de Yumena, et en relisant les deux essais que j'ai mis en ligne, je me rend compte qu'ils ne conviennent pas à l'image que je veux donner de mon personnage, et me contraint dans l'écriture de la suite de l'histoire. Il m'arrivera probablement de réécrire ces deux passages dans mes prochains posts, mais je me rend compte qu'il m'est difficile d'expliquer les événements passés au point d'avancement actuel de la narration. Je vais donc faire un Reboot, dans le sens où le personnage restera le même, mais je vais reprendre à un point antérieur, pour pouvoir mieux développer Yumena dans mes écrits.

Enfin, j'ai un mot pour tous ceux qui me lisent. J'aime écrire, et je veux faire de ce projet un livre. Bien évidemment il sera gratuit, car l'univers est celui de Final Fantasy XIV, qui est une propriété de Square Enix. J'essayerai de poster au plus régulièrement mon avancement ici, en espérant que cela vous plaise.
Si vous avez des remarques sur mon écriture, des conseils ou des critiques à faire, je serais très heureuse de les écouter, alors n'hésitez pas à m'envoyer un message privé si une idée ou une quelconque remarque vous viendrait en tête.

D'ici là, je vous souhaite une bonne aventure, quelque soit l'univers dans lequel vous vous épanouissez! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au gré des vagues et du temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au gré des vagues et du temps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les énigmes qui font passer le temps
» Comment passer fm en un rien de temps, soit en moins de 24H
» regne par decret et un temps de corbeaux
» Maxime Chattam. Le sang du temps... ATTENTION SPOILER
» Reporters du Temps, livres de Yann Kervran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Oeil Croustillant :: Roleplay :: Aventures-
Sauter vers: